"Le truc, c'est de survivre aux fils de pute" F. Exley - A l'épreuve de la faim.
"Si cette personne, ne cessais-je de me répéter, était l'un des représentants élus de Dieu sur terre, alors il y avait vraiment quelque chose qui clochait dans tout le système" Roald Dahl - Moi Boy.
"bah, nom d'une pipe, j'aurai été immortel jusqu'à ma mort !"
pépé John - Jim Dodge - L'oiseau Canadèche.



29 nov. 2011

un Beau Livre de cuisine

Pas d'idée pour Noël ? Voici un bien pratique et beau livre de cuisine. Conseillé par ma collègue en charge du rayon, j'ai profité de notre chèque cadeau (car oui nous avons des chèques cadeaux parce que nous sommes dans un pays (encore ?) riche.
Que cuisiner et comment le cuisiner de Jane Hornby chez Phaidon est pratique, clair, agréable à consulter et tout cela accompagner de belles photos. Bref une tuerie qui fait saliver dès les premières pages (et je ne vous parle pas des desserts rhaaaaaa...) 


22 nov. 2011

Deux BDs pour la fin d'année

Malgré le énième Thorgal, XIII, IRS, truc avec des zombis, des avions, de la magie etc... il y a eu cette année des petites pépites. 


La première Portugal de Pedrosa chez Aire libre. Un pavé qui réchauffe le coeur, l'histoire la voici :
"Plus vraiment d'inspiration, plus d’envies et pas de projets, l'auteur de BD Simon Muchat végète doucement dans son boulot d’animateur scolaire, et exaspère Claire, sa compagne, qui le voudrait plus investi.
Invité à passer quelques jours au Portugal, dont sa famille est originaire et où il n'était plus allé depuis l’enfance, il va y découvrir une autre façon d'exister et d'être — et peut-être le début d'une nouvelle inspiration ?" (source site aire libre)
Cette BD est une splendeur, on prends le temps d'y revenir pour ce gorger de ce dessin toujours en mouvement, Pedrosa a en plus la bonne idée de changer de style, pour marquer une ambiance, des moments touchant, pour faire simple c'est une merveille.

La deuxième les Ignorants de Davodeau chez Futuropolis. Une envie de découverte croisée du métier de vigneron et d'auteur de Bandes dessinées. 
Par un beau temps d'hiver, deux individus, bonnets sur la tête, sécateur en main, taillent une vigne. L'un a le geste et la parole assurés. L'autre, plus emprunté, regarde le premier, cherche à comprendre « ce qui relie ce type à sa vigne », et s'étonne de « la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents ».
Le premier est vigneron, le second auteur de bandes dessinées.
Pendant un an, Étienne Davodeau a goûté aux joies de la taille, du décavaillonnage, de la tonnellerie ou encore s'est interrogé sur la biodynamie.
Richard Leroy, de son côté, a lu des bandes dessinées choisies par Étienne, a rencontré des auteurs, s'est rendu dans des festivals, est allé chez un imprimeur, s'est penché sur la planche à dessin d'Étienne...
Étienne et Richard échangent leurs savoirs et savoir-faire, mettent en évidence les points que ces pratiques (artistiques et vigneronnes) peuvent avoir en commun ; et ils sont plus nombreux qu'on ne pourrait l'envisager de prime abord..
(source Futuropolis)
Davodeau nous a offert les fabuleux : Les mauvaises gens, rural, l'émouvant un homme est mort et plein d'autres. Le sujet est peut être moins poignant mais à le mérite de montrer le versant des deux métiers fabuleux, de deux créateurs qui partagent une certaine idée de société. Pour tout vous dire, dessinant de façon amateur et appréciant le bon vin, j'ai été embarqué. Cette BD ne satisfera pas les connaisseurs certes, mais c'est tellement bon de partager ces moments.


20 nov. 2011

Vertigo Crime et Super héros Russe

La collection "Vertigo Crime" présente sous la houlette d'auteurs renommés une série de One shot très "Noir" très "polar".

Trahison, vengeance, appât du gain, des scènes choc, des dialogues qui claquent et un graphisme noir et blanc de circonstance, mais avec beaucoup de style, c'est ce qui me vient à l'esprit après avoir lu "Cowboys" de Gary Phillips et Brian Hurtt, mais j'ai préféré "Rat Catcher" d'Andy Diggle et Victor Ibanez.

Du coup la curiosité me donne envie d'en lire d'autres, à découvrir.

 








Super héros Russe ?

On connait le passage chez les communistes de superman, mais là non pas de super slip, ni de super cape, avec The Winter Men on découvre une Russie peut ragoutante, corrompue, ou les Milices militaire sillonnent les rues de Moscou et les superhéros ne portent pas de collant mais survivent comme ils peuvent et possèdent une incroyable descente (la vodka coule à flot). John Paul Leon (le dessinateur) nous offre une ambiance visuelle très réussi qui colle au scénario de Brett Lewis.  Une belle réussite, plus proche du polar que du comics de superhéros, plus sombre aussi et donc très proche d'une ambiance de fin du monde. Encore un bon conseil du Bro' !

10 nov. 2011

Vango de Timothée de Fombelle

Non ce n'est pas une nouvelle danse , mais sans doute le meilleur diptyque jeunesse de l'année.c'est de l'aventure à l'état brut. Voyage en dirigeable, l'île perdue et monastère mystérieux, nombreux personnages attachants et effrayants, Timothée de Fombelle assure et rassure après le très bon Tobie Lolness, avec une histoire marquante.

Les quatrièmes de couverture :
Paris, 1934. Devant Notre-Dame, une poursuite s'engage au milieu de la foule. Le jeune Vango doit fuir. Fuir la police qui l'accuse, fuir les forces mystérieuses qui le traquent. Vango ne sait pas qui il est. Son passé cache de lourds secrets. Des îles silencieuses aux brouillards de l'Écosse, tandis qu'enfle le bruit de la guerre, Vango cherche sa vérité.




 New-York, 1936. Accroché au sommet des gratte-ciel, Vango poursuit l'homme qui a causé son malheur et détient le secret de sa naissance. Mais la fuite de Vango ne connaît pas de trêve. Quel est le chasseur et quelle est la proie? L'amour d'Ethel survivra-t-il à tant de tempêtes? À travers les forêts du Caucase, le ciel de Paris ou de l'Ecosse, ce second volume achève somptueusement la saga de Vango.





En ces temps de surcharge de Vampire/loup garou/zombi amoureux et autres gamins magiciens, ce vent de fraîcheur fait du bien. Monsieur de Fombelle je vous remercie.

6 nov. 2011

BDs : Hellboy suite et fin ?

Un jour mon frère est rentré de Rennes avec des comics sous la main. Hellboy "Seeds of destruction" en faisait parti. Même si mon niveau d'anglais n'était pas extraordinaire à cette époque, j'ai pris un grand plaisir à découvrir ce grand et rouge héros se battre contre des créatures étranges.
Les aventures ont suivi et une première claque graphique m'est venu avec Hellboy "the wolves of St August". Mike Mignola est devenu un membres de mon cercle de dessinateurs préférés.
Hellboy c'est de l'aventure, de l'humour, du style, des grandes baffes, de la noirceur, de l'étrange, des héros attachant, une série incontournable. Même si j'ai une préférence pour la partie de ses aventures contre les Nazis ("wake the devil" et "conqueror worms") les dernières aventures sous la patte graphique de Duncan Fregedo m'ont happé. 
Mais la série "the Fury" qui met Hellboy dans une situation dès plus apocalyptique, annonce t'elle la fin du héros cornu ? Il n'y a plus qu'à attendre et scruter une possible suite.

M. Mignola faites comme bon vous semble, mais ça donne quand même envie de connaitre la suite...

Mais j'ai une question : Hey big bro' est ce que les BPRD sont aussi bien, parce que là j'ai vu que les communistes pointent leur nez ?!